Permaculture = culture sur buttes ?

Une idée aujourd'hui fort répandue veut que la permaculture, appliquée dans les domaines du jardinage et de l'agriculture, se traduise "naturellement" par la mise en place de cultures sur buttes. Or Bill Mollison et David Holmgren, créateurs du concept de permaculture, ont préconisé dans leurs ouvrages fondateurs ("Permaculture One" 1978, "Permaculture Two" 1979, "Permaculture : A Designer's Manual" 1988) l'usage de nombreuses techniques agroécologiques, la culture sur buttes n'étant que l'une d'entre elles.

 

Le cœur de la permaculture se trouve dans ses principes éthiques et fonctionnels (que vous pouvez retrouver ici) et dans son processus de design (expliqué plus en détail ici). L'objectif même de ce processus est de donner un canevas aux porteurs de projet afin qu'ils puissent concevoir un aménagement adapté aux conditions physiques de leur lieu, à leurs ressources et à leurs objectifs (ainsi qu'à leurs compétences, à leur l'environnement socio-culturel...).

Toute conception d'un lieu en permaculture est par conséquent contextualisée.

 

La réalisation de cultures sur buttes présente différents intérêts agronomiques (ergonomie des postures de travail, décompaction du sol lors de la mise en place de la butte, plus grande profondeur de terre cultivable...). Améliorant le drainage du sol, la culture sur buttes est particulièrement adaptée dans les terrains au sol argileux et sujets aux inondations.

Son association avec la technique du semis direct est également une piste intéressante pour la transition écologique des grandes cultures  (voir article détaillé à ce sujet).

 

Cependant :

  • Elle n'est absolument pas adaptée dans des lieux souffrant de sécheresse et/ou dont le sol est déjà très drainant : ainsi réaliser par exemple une butte de culture dans un terrain sableux du Lot-et-Garonne, exposé au plein soleil, n'a pas de sens - l'eau provenant des arrosages et des pluies sera drainée encore plus rapidement en profondeur, et vos cultures en souffriront, ce qui aboutira à une production médiocre.
 © agrosol-sahel.org
© agrosol-sahel.org

 

Ainsi dans les pays du Sahel, très arides, c'est au contraire les cultures en creux qui sont traditionnellement employées (comme dans la photo ci-contre), car bien plus capables de retenir l'eau.

 

Employée dans des contextes inadéquats, la culture sur buttes donnent des résultats décevants à l'origine de bien des mécontentements envers la permaculture (comme dans cet article par exemple).

Culture en billons (©notre-ile-de-re.com)
Culture en billons (©notre-ile-de-re.com)
  • Les cultures sur buttes existaient déjà avant la création de la permaculture : ainsi en Europe centrale la "Hugelkultur" est un mode de culture sur buttes ancestral, tout comme la tradition française des cultures sur billon.
  • Réduire la permaculture aux cultures sur buttes, pour reprendre l'expression de Bernard Allonso (professeur certifié québécois), est comme réduire l'architecture à la construction de murs en parpaing : c'est d'une part confondre une technique avec une discipline et d'autre part oublier qu'il existe un très vaste éventail de techniques possibles dans une discipline donnée (qu'il s'agisse d'architecture ou de permaculture).
Jardin d'Emilia Hazelip (© ecocosas.com)
Jardin d'Emilia Hazelip (© ecocosas.com)

Il est probable que l'association entre permaculture et culture sur buttes soit due à plusieurs facteurs : l'aspect esthétique et original des buttes de culture, leur utilité pédagogique, le fait qu'elles permettent la conduite de cultures sans labour, etc.

 

Faisant partie des toutes premières personnes à avoir introduit la permaculture en France grâce à ses formations menées pendant les années 1990, Emilia Hazelip a également développé son propre courant, l'agriculture synergétique, inspirée par la permaculture et l'agriculture naturelle.

Cette approche étant basée (entre autre) sur l'emploi systématique de plates-bandes assez hautes sur lesquelles sont implantées les cultures, comme on peut le voir dans ce documentaire datant de 1995, les images de son jardin ont sans doute contribué à diffuser l'association entre buttes de culture et permaculture - tout comme l'aménagement d'autres lieux permaculturels tel le Jardin du Graal de Philip Forrer.

 

Il existe du reste bien d'autres supports de culture possibles dans le cadre de l'agroécologie, qu'il s'agisse des plates-bandes maraîchères, des cultures en bac, des chinampas ou encore des cultures en terrasse.

 

Les possibilités techniques dont disposent les permaculteurs ne se limitent donc pas à l'usage des buttes de culture, bien d'autres solutions pouvant être adoptées en fonction du lieu qu'ils aménagent, du type de culture envisagée... et de leur imagination !

 

En espérant que ce bref article contribuera à éclaircir ce sujet donnant lieu à de fréquents débats,

Joris Danthon,

pour Le Jardin Ressource


Pour mieux préciser ce qu'est la permaculture, son processus de design et ses applications, Le Jardin Ressource propose régulièrement des initiations à la permaculture - la prochaine, dédiée à la permaculture en milieu urbain, aura lieu à Nantes le weekend des 11 et 12 novembre prochains : plus informations disponibles par ici.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Heikel de Jardiner Futé (lundi, 23 octobre 2017 09:57)

    Super article ! Je rejoins tout à fait ce point de vue, et ça fait du bien de l'entendre. On l'entend certes de plus en plus en se passionnant par la permaculture, mais la plupart des gens font l'amalgame entre permaculture et culture sur butte.

    Merci ! ;)